Retour en images de la journée diocésaine pour la sauvegarde de la Création

Dimanche 30 août 2020 de 10h à 16h30
à Rocamadour
(camp Jean Paul II)

Sous le présidence de Mgr Laurent Camiade, évêque de Cahors

Pour commencer la saison de la création 2020 et dans l’année ’Laudato si’ 2020-2021.

"Clameur de la terre" "Clameur des pauvres "
"Ecologie intégrale" "Conversion écologique"

Conférence de Fabien Revol
Célébrer la "saison de la création"

Cette rencontre a été animée par la "Fraternité des petits frères et petites sœurs de la création"

- Retour sur la journée, par le Père Bertrand Cormier :

La démarche de cette première « Journée diocésaine pour la sauvegarde de la création » s’inscrit dans l’intention du pape. Celui-ci a publié l’encyclique Laudato Si’ il y a 5 ans et les évêques de France ont lancé, l’an dernier, trois ans de réflexions et d’actions autour de l’écologie intégrale. Nous avons une grande responsabilité à l’égard de toutes les créatures puisqu’elles nous sont confiées par Dieu lui-même : « Nous sommes appelés à convertir notre rapport à la création. » (Lettre pastorale de Mgr Camiade, juin 20).

La saison de la création commence toujours le 1er septembre : « Le Temps de la Création est un temps pensé pour renouveler notre relation avec notre Créateur et avec toute la création en célébrant, en changeant et en nous engageant ensemble. » (1).

C’est avec le conférencier Fabien Revol que nous avons bâti cet événement qui était une première dans le Lot.
M. Revol est docteur en philosophie et en théologie de la création et titulaire de la chaire Jean Bastaire. Il intervient dans le monde entier et les évêques de France l’ont invité à leur assemblée plénière de novembre 2019. Il est aussi engagé dans son diocèse de Valence depuis plusieurs années ainsi que dans une association qui s’appelle Oekologia (2).

Le matin, avec notre évêque, nous avons marché et médité au-dessus de la vallée de l’Alzou sur la beauté de la création avec des citations du pape François et du patriarche Bartholomée : « tout est lié, tout est fragile, tout est limité. » Cette démarche se voulait à la fois contemplative et éducative. Voici le témoignage d’un participant : « mon moment préféré a été la marche : j’ai ressenti beaucoup de paix, de sérénité, de connexions avec le groupe et la nature. » Et celui d’une participante : « Plus de 60 personnes qui marchent et prient sur les hauteurs du rocher de Notre Dame de Rocamadour, sous les nuages, et le soleil qui fait un clin d’œil juste au moment du chant de louange de la nature : magique ! »

Le temps étant incertain, le groupe d’organisation (3) a finalement décidé de célébrer dans la grotte du chemin de croix. Lieu nouveau pour la plupart des participants où le rocher nous enveloppe de sa force sans nous écraser de sa puissance et surtout en nous protégeant de la pluie ! Là encore, quelques rayons de soleil ont pu traverser la couche nuageuse et les arbres pour venir éclairer la statue de la Vierge de Rocamadour, « Notre Dame du Rocher d’amour ». Un petit autel en bois avait été confectionné pour l’occasion et notre évêque nous a donné une homélie d’une grande profondeur spirituelle sur quelques fondements de l’écologie intégrale. Plusieurs participants ont été fortement touchés : « Une messe dans la grotte à l’abri de la pluie, face à ces arbres gigantesques, et des touristes qui ralentissent et s’associent quelques minutes ou plus à la prière. Un moment de communion exceptionnel !  » (Marie-José)

L’après-midi, la conférence de Fabien Revol a expliqué les fondements de la saison de la création. Il a commencé par dire que c’est d’abord une journée de prière ! Pendant ce temps particulier, il s’agit de valoriser l’action de grâce, la repentance, la demande et enfin l’action. M. Revol a cité deux textes du pape François dans lesquels le Saint Père nous invite à entrer dans le regard de Dieu : "Dieu vit que cela était bon". Être créés à l’image de Dieu nous rappelle que nous sommes garants des liens, de tous les liens. Mais la création a aussi un rôle de médiation. Dans ces textes le pape nous invite à choisir la vie ; a contrario, il nous met en garde : oublier notre vocation de gardiens de la création est un chemin de mort. Au final, le pape fait toujours le lien entre prière et action pour la création. Dans son message pour la journée de prière pour la sauvegarde de la maison commune en 2016, le pape a rajouté à la liste des œuvres de miséricorde la sauvegarde de la création.

Notre belle journée s’est terminée par un temps de groupes de partages où nous devions répondre à la question principale : «  et maintenant, que pouvons-nous faire ensemble pour la sauvegarde de notre maison commune, dans le Lot ? » Même si une véritable joie émanait des participants, la réalité du combat et du travail à accomplir nous ont invités à la fois au réalisme et à l’espérance.

Parmi les propositions concrètes, retenons-en quelques-unes :
- Assurer le bien-être surtout des plus pauvres- éduquer au goût en matière de nourriture ;
- Importance d’intégrer dans nos prières la dimension écologique ;
- Catéchèse : approche écologique en lien avec les paraboles de l’évangile ;
- Penser aux lieux écologiques spirituels.

Notre évêque nous a bénis et envoyés dans ce monde en bouleversements et en travail d’enfantement : « En redécouvrant combien notre propre vulnérabilité est liée à la fragilité de la création, nous pouvons à nouveau nous tourner vers le Christ qui est venu nous sauver. Comme saint Paul, nous pouvons garder cette espérance en sachant que « la création a été soumise au pouvoir du néant, non pas de son plein gré, mais à cause de celui qui l’a livrée à ce pouvoir. Pourtant, elle a gardé l’espérance d’être, elle aussi, libérée de l’esclavage de la dégradation, pour connaître la liberté de la gloire donnée aux enfants de Dieu » (Rm 8,20-21) (extrait de sa lettre pastorale 2020).

Père Bertrand Cormier

1 / https://seasonofcreation.org/fr/home-fr/
2 / http://www.oeko-logia.org/
3 / Constitué de membres de la Fraternité ste Marie st Jean des petits frères et petites sœurs de la création et du groupe Laudato si de Gramat.


Fabien Revol / Titulaire de la Chaire Jean Bastaire "Pour une vision chrétienne de l’écologie intégrale", Enseignant à l’Université Catholique de Lyon. Membre du centre chrétien d’écologie et de l’observatoire diocésain des réalités écologiques du diocèse de Valence.

___
Photographies : Père Bertrand Cormier

Soutenir par un don