Retour sur la récollection "en chemin vers Pâques"

Samedi 6 et dimanche 7 mars 2021

Récollection animée par P. Jacques Hahusseau et Sr Marie Cécile au Couvent de Gramat.

Voici maintenant le moment favorable, voici le jour du salut… (2 Co 6,2)

Samedi matin, le Père Jacques Hahusseau nous a motivés à entrer dans l’Espérance.

Voici ce qui est retenu :

« Nous sommes invitées à vivre dans l’espérance... Pour le Père Bonhomme, rien n’a pu le décourager. Il faut revenir aux origines : Dieu a créé cette terre pour y vivre la communion mais on se perd dans ce monde et Dieu nous dit « Où es-tu ? »
C’est la foi qui nous conduit à travers le branle-bas de la vie à redire le OUI INITIAL et le Calvaire c’est un OUI jusqu’au bout.
c’est « le oui initial » qui nous tient debout jusqu’au bout.

Ne laissons pas mourir l’espérance et nous avons l’espérance parce qu’il est ressuscité. Il faut le dire par nos vies, porter au monde la Résurrection est une force sans égale car, c’est PAR LUI AVEC LUI ET EN LUI.

On peut toujours se remettre debout, les uns avec les autres, les uns par les autres,
la force de la Résurrection est une force motrice.
Où es-tu ? Nous sommes en chemin de Résurrection.
Et notre mission est une mission d’intercession comme Moïse sur la montagne car le monde nous mène mal.
Notre oui à l’évangile c’est le Oui à la Résurrection et l’Eglise nous dit « continue » : donc, recevoir jour après jour ce qui nous est donné pour que GRANDISSE JÉSUS.

OU ES-TU ? QUE FAIS-TU ?
C’est le oui de notre Consécration jusqu’au bout.
C’est la petite voie de Sainte Thérèse : prendre chaque heure comme elle vient, se laisser inonder de lumière, les pieds sur la terre, comme les arbres et la tête ailleurs par tous les temps, le printemps vient après l’hiver.

Sr Dominique

- Ce que les participants ont “goûté” : le climat de silence habité par la Présence de Dieu.

“ Il y eut de longs temps de silence et de prière avec la Parole de Dieu et des extraits de l’exhortation apostolique la “Joie de l’Evangile”.

“J’ai aimé le climat de prière fraternelle, temps de silence alterné des temps de prière communautaire : l’Eucharistie, les Offices célébrés avec la communauté des sœurs.”

“J’ai aimé la diversité des propositions : temps d’enseignement, et de commentaire de la Parole de Dieu du jour, temps personnel d’intériorisation, sacrements de Réconciliation et de l’Eucharistie, marche silencieuse contemplative, Offices célébrées en communauté.

“ J’ai aussi aimé la marche spirituelle dans l’esprit de Laudato Si. S’ancrer dans la gratitude pour la beauté de la nature qui révèle la Bonté du Créateur, la vie reçue du Seigneur… Prendre le temps de vivre la communion avec différents éléments dans la nature, en interconnexion avec frère soleil, mère terre, sœur eau… et avec toute la faune, la flore et l’humanité présents.” “Elles sont là, habillées de violet, de blanc et de rose, isolées ou en groupe. Il faut être près d’elles pour apprécier leur parfum, c’est l’humilité de la violette. Seigneur, sois loué par et pour la présence des violettes au début du printemps”.

“Je marche “seule” mais accompagnée de personnes qui marchent avec moi, et par l’Esprit qui se “révèle” dans la nature annonçant le printemps, l’Espérance.”

“J’ai reçu la grâce de vivre le Sacrement de Réconciliation et d’être touché par l’Amour Miséricordieux du Seigneur, une profonde joie m’est donnée, une lumière : l’amour fait vivre”.

“Toutes les Eucharisties auxquelles j’ai pu participer m’ont apporté une profonde Paix et renforcent ma foi déjà présente en Jésus-Christ que je rends grâces.”

“J’ai pu bénéficier d’une visite guidée par Joseph de la joie qui a mis en moi une espérance pleine de bon sens dans le cœur…, et fortifié ma foi en Jésus et Notre Dame de Rocamadour…”

- Et voici quelques fruits récoltés, des paroles et des convictions nourrissantes :

“Chaque jour, dans le monde renaît la beauté, qui ressuscite transformée par les drames de l’histoire. Les valeurs tendent toujours à réapparaître sous de nouvelles formes, et de fait, l’être humain renaît souvent de situations qui semblent irréversibles. C’est la force de la résurrection et tout évangélisateur est un instrument de ce dynamisme” (E.G.n°276)

“ Chaque personne devient le “Temple où Dieu demeure.”

“ Le culte se fait “vivant” aussi dans les RELATIONS humaines entretenues, vécues”.

Soutenir par un don