Echos de la 1re halte "marche et prière"

Nous avons fait l’expérience de marcher sous la pluie… personne ne l’a mal pris, mais nous l’avons accueillie comme un don… l’eau est un don du ciel. Nous l’avons donc reçue comme une occasion de marcher en communion avec la création… les feuilles jaunes tombées par terre (signe de dépouillement et faisant partie du cycle de la vie), le vent, l’air humide, la pluie régulière, la terre, un troupeau de moutons noirs et blancs… et aussi les autres pèlerins.

Marchant en silence, nous avons goûté la communion… non seulement avec tout le cosmos et entre nous mais aussi avec tous ceux que nous portons dans nos cœurs, les proches (familles, amis, sœurs d’autres continents…) et aussi avec les souffrants des « ouragans », des violences de la guerre… avec ceux qui nous ont précédés sur ces chemins, y compris notre fondateur, le Père Bonhomme qui a tant marché sur ces routes.
Nous avons également senti la présence de Marie. Notre Dame de Rocamadour vers qui nous marchons, qui nous attend pour nous présenter son Fils, assis sur son genou gauche et dont celui de droite reste encore libre, pour accueillir chacun et chacune de nous… qui voudrait prendre ce temps de pause, de rupture avec le quotidien bousculant… pour repérer l’essentiel en se dépouillant du superflu.

L’après-midi, nous avons approfondi le sens de la marche dans le 1er Testament avec les textes de l’appel d’Abraham et de l’Exode, à leur lumière, nous avons relu toutes ces périodes fondatrices dans nos vies où comme Abraham, Moïse... nous avons quitté nos sécurités pour partir vers un ailleurs, la « terre » promise inconnue, vers un avenir que Dieu nous ouvre avec Lui, ou des expériences de libération où nous avons reconnu la Présence et l’Action de Dieu dans nos vies.
L’Eucharistie à Rocamadour nous a permis de rendre grâces avec un autre groupe de pèlerins pour le Christ qui nous a donné sa vie mais aussi toutes les grâces reçues.

Le lendemain matin, nous avons marché sur les pas du P. Bonhomme, chacune recevant une parole de sa part : le cœur se gagne par le cœur, allez tout droit à Marie.
Après l’Eucharistie dominicale à la paroisse Saint Pierre de Gramat, nous nous sommes retrouvées pour marcher avec les pèlerins d’Emmaüs, et nous sommes reparties, de « disciples ressourcés » en apôtres, envoyées pour partager la joie, la paix, l’espérance, témoins de sa Présence et de son Amour en chaque Eucharistie, et chacune de nos rencontres et engagements quotidiens.

Sr Marie Cécile

Soutenir par un don