Brésil / Lettre du Père Jacques Hahusseau

Décembre 2017

Bonjour à tous, parents et amis

“Les événements sont nos maîtres !” Je vais donc recueillir l’événement marquant de ces derniers jours qui m’a donné l’occasion de me plonger, avant l’heure, dans ce mystère de Noël qui nous ouvre à l’Espérance.

Ce début d’année, j’avais pris rendez-vous avec Mgr Geraldo Verdier, originaire du Tarn. Partit jeune pour le Brésil avec sa Communauté religieuse franciscaine, dom Geraldo était Evêque de Guajara Mirim, en Amazonie, depuis 1980. Aujourd’hui “Evêque émérite”, il habitait toujours ce même diocèse de Guajara, avec son successeur Dom Benedito Araujo. Sur la route, je devais rencontrer dom Roque, mon ancien évêque de Roraima, maintenant évêque de porto Velho, ainsi que des sœurs brésiliennes de la Congrégation N.D. du Calvaire. La veille du départ pour Porto Velho et Guajara Mirim, des amis m’annoncent le décès de dom Gerard, foudroyé par un AVC. La vie venait de se recueillir et prenait des couleurs d’éternité ! Me voilà donc parti à Guajara Mirim pour participer aux funérailles de Dom Geraldo.

Arrivé de bon matin à la cathédrale, tout était prêt pour les funérailles : la foule des grands jours ; émotion et recueillement autour du corps du défunt ; des regards qui se croisaient pour dire la reconnaissance à celui qui avait aidé des générations d’Indiens et des paysans à mieux se connaître ; des mots échangés pour dire la force de l’Espérance semée dans ce peuple de petits et de pauvres, devenus courageux acteurs de vie et d’avenir. Je retrouvais là dom Roque, des amis de cette région amazonienne, des Sœurs brésiliennes “Calvarianas” (Gramat), missionnaires de longue date en ces terres d’Amazonie. Le texte de l’Apocalypse (7/ 9-14) prenait vie : “Cette foule immense, de toutes nations, tribus, peuples et langues, debout, tous ; burinés par la grande épreuve de la vie mais vêtus d’Espérance ; portés par la reconnaissance et l’action de grâce, à la rencontre de l’Agneau vainqueur !" La dépouille mortelle de dom Gerard présidait la rencontre et allait nous conduire à vivre, avant l’heure, le mystère de Noël.

Noël ! « Force créatrice de Vie et de Résurrection, dans la fragilité d’une vie qui commence et trop vite arrêtée. Noël ! Mystère de Vie et de Foi qui rassemble. Un enfant qui naît dans le dénuement, reconnu et aimé par les plus pauvres, redoutés par les puissants de l’époque, “Messie” de Dieu, On l’appellera « Emmanuel » !, Dieu avec nous Jésus, Dieu sauve ! Sa mort en croix deviendra “mémorial” de courageuse résistance et fidélité au Projet de Dieu. Nos frères des Eglises d’Orient, dans leurs icônes, ont toujours lié la mémoire du calvaire et de la croix, avec celui de la crèche. Vie et mort mélangée, chemin de vie et Résurrection ; mystère de Foi !

La mémoire de cet enfant de Bethleem s’est enracinée dans notre histoire et continue à nous faire vivre et regarder en avant ! Avec lui, un autre monde a commencé dans le silence et l’incognito. Bethleem est devenu la “Maison du Pain partagé”. Dieu était là, là où ne l’attendait pas. Un enfant, un nouveau-né, nous a ouvert le chemin de la Paix, du partage, du pardon, de la miséricorde... Une belle aventure pour les pauvres et pour les riches, toutes conditions confondues, commençait. Nous en sommes héritiers de cette belle aventure, marquée aujourd’hui par la patine des siècles et du temps !

Au début du 20e siècle, cet étonnant mystère de Noël (Dieu-avec-nous), “Bonne Nouvelle” pour les pauvres, a rejoint les rives do Rio Mamore et Madeira, avec nos amis chrétiens partis du Tarn (Dom Rey, dom Geraldo Verdier), rejoints ensuite par nos Sœurs religieuses de Gramat. Ce 22 novembre 2017, la foule des Chrétiens du diocèse de Guajara Mirim anticipait la célébration de Noël. Ce peuple de petites gens et de pauvres, humbles bergers, indiens de toutes ces ethnies habitant les rives du Rio Mamore, était venu, conduit par la reconnaissance à dom Geraldo. Par son corps et sa vie, il les avait engendré à une vie nouvelle de fraternité, de Foi et d’Espérance. Tous chantaient et rendant grâces : “Un grand prophète a surgi parmi nous et Dieu a visité son Peuple”. La vie, née à Bethleem, avait pris corps dans ces recoins ignorés d’Amazonie, chez ces Peuples, aujourd´hui gravement menacés. La Parole de Dieu, semée sur ces terres par Dom Geraldo et tant d’autres, continue à porter des Fruits et alimente la courageuse résistance de ces “Peuples premiers d’Amazonie" dans la défense de la vie, de leurs terres, leurs forêts et leurs rivières aujourd’hui dangereusement convoitées et déjà envahies.
L’Eglise est à leur côté pour la défense de leurs Droits. La Pastorale de la terre (CPT) et la Pastorale des Indiens (CIMI) luttent avec eux pour dire que « la Vie des Indiens vaut plus que tout l’or du monde !  ».
La récente Lettre Encyclique du Pape François (« Laudato si ») nous appelle tous, avec urgence, à nous mettre en route et agir pour défendre “notre Maison Commune”, notre planète-Terre. Il faut repenser notre développement pour donner un nouvel avenir à cette Terre et à tous les Peuples qui l’habitent.

A la suite de cette Encyclique, un grand mouvement de solidarité et de partage s’organise avec tous les Diocèses d’Amazonie : “REPAM” (Réseau Interecclesial Pastoral Amazonie) pour défendre la vie des Peuples de cette grande Amazonie. L’urgence est telle que le Pape François vient maintenant d’annoncer la réunion d’un prochain “Synode Amazonie” pour 2018. Notre diocèse de Roraima est concerné, mais nous aussi les Français, avec notre diocèse de Guyane, nous avons pied dans cette région et nous sommes invités à mieux connaître dans ses “caractéristiques amazoniennes.”

Vous le savez, le Brésil est en crise, une crise qui fragilise les pauvres. On le répète souvent : “Le Brésil n’est pas pauvre, il est injuste !”. Lu récemment sur des murs de Boa Vista : “Brésiliens, nous sommes un peuple de gens honnêtes, mais nous sommes gouvernés par des voleurs !” On a voté la destitution de Dilma Rousself, un camouflé de “coup d’Etat”. Désormais les vieux démons de l’argent et du pouvoir, ont repris le contrôle des décisions et des lois pour garder leurs scandaleux privilèges. Le Peuple cherche sa route pour échapper à un nouvel esclavage. Nos Evêques viennent de publier une Lettre courageuse où ils dénoncent ces abus de pouvoirs et appellent à la résistance des Pastorales Sociales. Le temps n’est plus aux grandes envolées pleines d’espoir des années passées ! Tout est encore à refaire et à recommencer ! Sur la route de la vie, les secousses se multiplient. Chez nos voisins du Venezuela, la vie est encore plus compliquée. Chaque jour, grandit le flot de ceux qui passent la frontière du Brésil pour chercher ici à Boa Vista nourriture et travail. Les tensions xénophobes grandissent. C’est pour beaucoup le temps de l’exil qui donne toute son actualité au Prophète Isaïe qui nous accompagne en ce temps de l’Avent.

“Chaque jour, je commence !”... Noël nous enseigne l’apprentissage des “commencements” et la force des “recommencements”. Le mystère de Noël vient “se crécher” dans nos mémoires et nos cœurs !! Nous allons le célébrer bientôt et nous penserons les uns aux autres. La suite, nous la cherchons dans la diversité de nos choix de vie, mais heureux de vivre cette communion pour construire un autre monde de justice et de Paix. La route est longue et difficile, mais des lumières nous sont données :
“Tenons plus fermes la Parole prophétique : vous faites bien de la regarder comme une lampe qui brûle dans un lieu obscur, jusqu’à ce que le jour commence à poindre et que l’Astre du matin se lève dans vos cœurs” ! (1 Pierre 1/19)

Merci à Dom Gerard et tous ceux et celles qui nous aident à tenir dans cette Espérance de Noël qui nous fait naître à la Vie et nous pousse à travailler pour que vienne : “Nouveau ciel, nouvelle terre où la Justice habite” (2Pierre 3/13).
J’aime reprendre ces paroles d’un vieux poète amazonien pour préparer avec vous Noël : « Faz escuro, mas eu canto : Il fait nuit, mais je chante » !

Ensemble « en Avent »... Joyeux Noël : Gloire à Dieu et Paix sur Terre.
Mon amitié et ma prière vous accompagnent.

P. Jacques Hahusseau

Soutenir par un don