Quêtes impérées 2018

Quêtes faites dans un esprit de solidarité et d’ouverture et affectées à des causes spécifiques (missions, vocations...).

Dates des quêtes impérées 2018

- Quêtes au profit de l’Église universelle

  • Dimanche de l’Épiphanie (7 janvier) : Église d’Afrique
  • Jeudi ou Vendredi saint (29 ou 30 mars) : Lieux saints [1]
  • 3e dimanche d’octobre (21 octobre) : Œuvres pontificales [2]
  • Noël (25 décembre) : Denier de Saint-Pierre [3]

- Quête au profit des Provinces de Bordeaux, Montpellier et Toulouse

  • 1er dimanche d’août (5 août) : Institut Catholique

- Quêtes au profit du Diocèse

  • Rameaux (25 mars) : Chantiers diocésains
  • 4e dimanche de Pâques (22 avril) : Soutien aux séminaristes
  • Dimanche entre Ascension et Pentecôte (13 mai) : Communication

Quêtes impérées

Si l’on connaît bien le premier mot, le second, ajouté parfois très rapidement lors de l’annonce au moment des offices mérite quelques explications :
Contrairement aux quêtes effectuées aux messes du dimanche, les quêtes impérées ne sont pas affectées aux ressources de la paroisse. Ces collectes ont une destination prédéterminée : affectées à des causes spécifiques (missions, vocations…)

Encore plus que les quêtes « du dimanche », les quêtes impérées, par leur dimension de solidarité dans l’église diocésaine, nationale ou mondiale, sont le double signe :
• comme toutes les quêtes, de ce partage réel des biens et de cette entraide, auquel doit engager le partage de la Parole et du pain eucharistique
• et de la dimension universelle de l’Eglise, sa catholicité, qui fait que « chacune des parties apporte aux autres et à l’Eglise toute entière, le bénéfice de ses propres dons, en sorte que le tout et chacune des parties s’accroissent par un échange mutuel universel […] [ par] des liens de communion intime quant aux richesses spirituelles, aux ouvriers apostoliques et aux ressources matérielles » .

Pour résumer, l’on peut donc dire :
• que certaines quêtes ont un but spécifique qui élargit l’horizon des offrandes financières au-delà de « notre » paroisse
• qu’elles s’imposent à toutes les paroisses d’un même diocèse, car « décidées » par les évêques, « chargés des Eglises particulières comme vicaires et légats du Christ ». Ne pas faire une quête impérée reviendrait, en quelque sorte, à refuser de partager, de participer à la vie de l’Eglise dans sa diversité, ses besoins, ses services.

Le caractère même de participation à la vie de l’Eglise dans sa diversité qui est à la base d’une quête impérée, implique que les fidèles soient sollicités, non pas « une fois pour toutes » pour « les œuvres » de l’Eglise universelle, mais pour des missions particulières de l’Eglise, ainsi offertes à l’attention des chrétiens.
De plus, la répétition régulière de ce type de collecte, vient rappeler que chacun ne fait pas « son église » tout seul, ou avec ses voisins de la même communauté de prière (ou de pensée), mais en union avec le reste du Peuple de Dieu, présent avec ses besoins spécifiques.

Economat diocésain
134, rue Frédéric Suisse 46000 Cahors / 05 65 35 25 84 /econome@diocesedecahors.fr

Notes

[1Les sommes recueillies servent à l’entretien des églises et contribuent au fonctionnement d’institutions de formation de Terre Sainte, en Israël et en Palestine, en Jordanie, en Syrie, au Liban, en Égypte, à Chypre, en Éthiopie et Érythrée, en Iran et en Irak.

[2Cette journée ravive auprès des catholiques du monde entier la solidarité avec les églises locales de tous les continents afin de les soutenir dans leur mission d’évangélisation.

[3Manifestons notre attachement au Saint Père et donnons-lui les moyens d’exercer son ministère d’unité ! Le Denier de Saint Pierre contribue à l’action du successeur de Pierre, notamment en faveur de diocèses pauvres, d’instituts religieux démunis et de fidèles confrontés à de graves difficultés.

Soutenir par un don