Présentation du diocèse

Nous avons été désignés volontaires pour écrire et lire ces quelques lignes qui ont pour but de présenter notre beau département et qui sera désormais votre diocèse.

Au menu, Une petite mise en bouche, afin d’ouvrir vos papilles...

Demeurant à Agen, vous connaissez bien évidement la Garonne, peu recommandée pour la baignade. Ici, vous aurez tout loisir de profiter des eaux claires du Lot qui traversent le département depuis Cajarc à l’Est, ville du Safran jusqu’à Soturac à l’ouest petit village lotois près du château de Bonaguil.
Si la baignade n’est pas votre passe-temps favori, vous aurez, nous l’espèrons, le temps de méditer sur un canoé en descendant le long de la vallée de la Dordogne, ou la vallée du Célé.

En entrée :

Vous l’aurez compris la beauté de notre territoire fait que le tourisme occupe une place importante dans l’économie locale. Nous nous promenerons sur les sentiers de grande randonnée, mais aussi sur les nombreuses routes du chemin de Saint Jacques de Compostelle.
Mais, notre Quercy est aussi une terre mariale, riche de la diversité de ses sanctuaires. Entre eux tous, le sanctuaire de N.D. de Rocamadour occupe une place majeure !

Pour le plat principal :

Nous marcherons dans les vignes pour goûter à la diversité des vins : les vins de Cahors, les vins des Coteaux du Quercy, des Coteaux de Glanes ...
- pardon ? « vous préférez la bière ! »
Aucun soucis ! nous avons aussi quelques brasseries.
L’alcool seul ne suffira pas. Il sera accompagné de melons, de truffes, quelques cèpes ou girolles, de canard, d’agneau du Quercy, de Cabécous de Rocamadour, de noix…

Silence

Vous l’aurez aussi compris l’agriculture occupe une place majeure dans le paysage de votre nouveau diocèse.
Des industries de pointe sont aussi présentes dans notre département : Figeac avec son pôle aéronautique, Cahors avec la MAEC, Biars-sur-Cère avec l’entreprise Andros et ses confitures …

Silence

Afin d’alléger votre estomac et de faire de la place pour la suite, nous vous proposons un peu de Vieille prune agrémentée d’un peu de glace locale ...

Le deuxième plat :

Après les spiritueux, le spirituel…

Depuis de nombreuses années les évêques successifs ont impulsé des actions pastorales dans tout le diocèse : démarche synodale, formations diverses …
Des vocations ont ainsi vu le jour : diacres, prêtres, religieuses, laïcs engagés...

Ces vocations deviendront peut-être des figures aussi emblématiques que :

Pierre Bonhomme né en 1803, qui, au lendemain des tourmentes de la Révolution française, travailla d’une manière admirable aux missions populaires et à l’évangélisation de nos campagnes.
Devenu curé, il travaillera à restaurer le pèlerinage de Rocamadour. Il réunira autour de lui une communauté de jeunes femmes, les sœurs de Notre Dame du Calvaire.

Le Père Jean Lauziu, prêtre à Vaylats qui fonda en 1820 une communauté et une école. A l’enseignement, s’ajouteront la pastorale locale et les soins des malades.

Jacques Duèze qui nait à Cahors au XIIe siècle est un théologien brillant et un politicien expérimenté. Il deviendra le pape Jean XXII. Son pontificat est le plus long des papes d’Avignon, et l’un des plus marquants par son énergie réformatrice. Il fonde les universités de Cahors et de Cambridge, et évangélise l’Afrique et la Chine.
En cette période de crise économique, il pourrait être une source d’inspiration non négligeable. En effet, la grande œuvre de Jean XXII est la réforme de la fiscalité pontificale qui remplit les caisses de l’Eglise.

Le bienheureux Alain de Solminihac. Né à la fin du 18e siècle, il devient évêque de Cahors et influent dans l’Église de France. Etroitement lié à Vincent de Paul, membre de la Compagnie du Saint-Sacrement, il joue un rôle important dans les affaires du temps.
En 1927, le pape Pie XI proclamait l’héroïcité des vertus d’Alain de Solminihac.

Enfin, comment vous faire le récit de notre histoire sans évoquer Saint Jean-Gabriel Perboyre, célèbre missionnaire, premier martyr de Chine.
Né au cœur du terroir rocailleux et vallonné du Lot à Mongesty en 1802, il est ordonné prêtre en 1826. Il part en mission pour la Chine, et se donne tout entier à sa mission durant trois ans. Trahit, il meurt martyr en 1840 et sera canonisé le 11 septembre 2010.

Enfin, nous terminons notre pèlerinage le long du Célé, au bord duquel vous découvrirez le Carmel de Figeac, riche d’une longue histoire. Neuf sœurs, Françaises et vietnamiennes y vivent aujourd’hui au rythme de la prière et du travail.

Il est temps de passer au fromage :

L’Eglise aujourd’hui c’est aussi des laïcs engagés, toutes ces personnes qui se mettent au service de l’Eglise pour la faire vivre dans la diversité des charismes en complémentarité avec la mission des ministres ordonnés...
Dans tout le diocèse la démarche DIACONIA a vu émerger de nouvelles actions, de nouvelles façons de donner sens à notre vie et vivre notre foi avec toujours plus de solidarité.

Le Pastis ! oui c’est le dessert maintenant...

Les Lotois sont à l’image de ce gâteau d’apparence fragile, un peu complexe à prendre, mais si vous y goûtez, un goût sucré vous restera longtemps sur le palais et dans l’Esprit, enfin je vous le souhaite !

Monseigneur Camiade, les mouvements et services d’Eglise, les prêtres, les diacres, les religieuses, l’ensemble de nos communautés chrétiennes sont heureux de vous accueillir pour cheminer avec vous sur ce bout de chemin qui sera le nôtre.

Joséphine Gouesdon
Eric Caillard

Soutenir par un don