Message de Pâques

Dimanche 12 avril 2020
Mgr Laurent Camiade

Chers amis, Jésus est Ressuscité ! Il est vivant ! Alleluia !

Le calme étrange du confinement que nous connaissons et que partage une grande partie du monde peut nous introduire dans le silence du tombeau vide de Jésus.

C’est le mystère d’une absence qui est signe de vie. Dans ce silence du tombeau vide, nous découvrons que la vie plus forte que la mort ne fait pas de bruit.

La mort du Christ s’est accompagnée de tremblement de terre (Mt 27,51), du dernier cri de Jésus : « Père entre tes mains, je remets mon esprit » (Lc 23,46). La naissance d’un bébé s’accompagne d’un cri, mais la renaissance, la résurrection est silencieuse, paisible. La pierre est roulée et les gardes dorment. La vie qui ne finira pas a surgi dans le calme, dans la paix, fruit d’un amour immense, infini et surpuissant, mais délicat, doux, ne s’imposant pas, ne blessant personne.

Depuis quelques jours, des jours où nous avons limité nos rassemblements et nos rencontres, les écrans ont pris une grande place dans nos vies, plus encore qu’avant. Pour tous ceux qui ont accès à ces technologies, les écrans rendent le confinement plus facile, le travail à distance plus performant, les liens plus durables. Ils permettent même de prier avec le pape ou avec telle ou telle petite communauté ou sanctuaire. C’est une bénédiction !

Cependant, ces précieux écrans peuvent aussi réellement envahir nos manières d’être en relation et de prier. Cela n’est pas sans danger. En ce temps pascal, ce temps de la résurrection, ne perdons pas les occasions de prier en famille, de s’arrêter ensemble, sans écran, mais avec un psaume, un texte de l’Évangile, une belle prière ou même une liturgie domestique structurée pour la prière en famille. Prier personnellement dans le silence ou à quelques-uns, à la maison, tous écrans éteints, ce sont des moments à ne pas manquer, à mettre en place dans nos vies pour que la joie de Pâques, fête de la résurrection de la Chair, ne soit pas une joie de façade, mais qu’elle surgisse vraiment dans notre vie concrète, là où nous vivons. Il est sûr que pour beaucoup d’entre nous, ce n’est pas évident. Les membres d’une même famille, les habitants d’une même maison n’ont pas tous la même foi ni les mêmes habitudes de prière. Pourtant, il est important de faire ce qui est possible ensemble, en vérité avec ce qui habite chacun.

La Résurrection de Jésus est aussi un envoi en mission. Aux femmes qui ont vu Jésus au tombeau, le Ressuscité confie ce message pour les disciples : je vous précède en Galilée ! Cela veut dire que le Ressuscité les attend dans la région appelée carrefour des païens, lieu de rencontres et de commerces, lieu obscur, lieu d’épreuve. Pâques doit nous inciter à garder surtout le souci des plus pauvres, de ceux qui ont peu de moyens pour faire face à la situation actuelle. Tant sur le plan des besoins élémentaires (nourriture ou autres) que sur le plan culturel (accès à l’information, aux cours à distance, aux loisirs) ou même spirituel (éloignement des aumôneries d’hôpitaux, incompréhension des plus fragiles devant les églises fermées ou vides). Nous pouvons tous aider un proche, un voisin ou quelqu’un d’autre à surmonter l’isolement. Beaucoup d’initiatives ont été prises dans ce sens, ne relâchons pas cette bienveillance.

La crise sanitaire actuelle est symptôme d’une crise de civilisation et d’un déclin de la foi qui ne sont pas nouveaux mais qui sautent au visage de ceux qui ne voulaient pas voir. Nous pouvons toujours être tentés de nous dire «  vivement que tout ça soit fini et que nous recommencions comme avant ». Mais le défi consiste à recevoir le message que le Seigneur nous adresse à travers tout cela et d’agir en conséquence.

Ne sommes-nous pas appelés à une plus grande sobriété, à réduire le rythme de nos activités habituelles, à vérifier la qualité de nos modes de relations ? Même notre relation à Dieu est interrogée. Le témoignage des chrétiens va compter pour l’évolution du monde de l’après-coronavirus. La joie de la résurrection nous libère de la peur et des illusions consuméristes. Demandons à Dieu le discernement et la force d’âme nécessaires pour mettre en pratique ce en quoi nous croyons. Jésus a donné sa vie par amour pour tous les hommes.

N’ayons pas peur ! Il est ressuscité. Alleluia !

Mgr Laurent Camiade,
évêque de Cahors

Soutenir par un don