Paroisse Saint-Etienne (Cahors)

secretariat@paroissedecahors.fr
Accueil : n°30 rue de la Chantrerie 46000 Cahors
le lundi - mardi, jeudi et vendredi : 9h15 - 11h15 et 13h45 - 16h00
Boîte aux lettres : n° 30 rue de la Chantrerie 46000 Cahors

Articles

  • Lacapelle Saint Pierre ès Liens

    15 octobre, par SecrétariatLes paroisses

    Lacapelle Saint Pierre ès Liens

    L'église de Lacapelle fait partie des 4 églises du plateau à savoir Trepoux, Le Bournaguet, Flottes et donc Lacapelle.

    Modeste église encadrée à l'origine par le cimetière (déplacé depuis) et le presbytère (maintenant salle polyvalente).

    Elle présente un parvis en arc de cercle et en pierres.

    Il faut descendre deux marches pour accéder à la nef. Le sol est en dalles de pierres très irrégulières dont certaines présentent une croix avec des inscriptions à moitié effacées par le temps. Peut-être des sépultures ?

    Deux statues de chaque côté (dont Gabriel Perboyre, St Antoine de Padoue) et un tableau (sûrement d'un évêque puisqu'il y a à côté de lui une mitre) ornent la nef. Le chœur offre un retable avec Jésus en croix entouré de la Vierge Marie et de Marie Madeleine. De part et d'autre de celui-ci se trouve deux statues dont l'une représente St Pierre.

    Sur la gauche en entrant dans l'église, une partie rajoutée sûrement plus tard, est consacrée à la Vierge Marie.

    Quand cette église a-t-elle été construite ? il y aurait eu des inhumations à Lacapelle durant l'épidémie de peste à Cahors : a-t-elle été construite à ce moment-là ?...

    La communauté chrétienne local, qui réunit les pratiquants du plateau de Lacapelle et Trespoux, se retrouvent avec joie pour célébrer la messe dominicale du 2ème dimanche de chaque mois dans l'une ou l'autre de ces quatre églises.

    A l'occasion, y sont célébrer aussi quelques baptêmes et mariages ; plus souvent, ce sont des obsèques que nous préparons avec les équipes sépultures de la paroisse de Cahors en rencontrant et accompagnant les familles en deuils.

    Annie Résséguier, JC Françoise

  • Valroufié – St Pierre es Liens

    15 octobre, par SecrétariatLes paroisses

    Valroufié

    L'église de Valroufié, telle qu'elle se présente aujourd'hui, résulte de l'agrandissement en 1845 de la nef d'une ancienne église datant de 1010. De cette dernière, il ne subsiste que le chœur de style roman. La particularité de ce chœur très ancien, est la présence de modillons sous la corniche qui présentent des sculptures en partie en mauvais état, mais qui ont une signification dans l'art religieux roman.
    A l'entrée de l'église se trouve un narthex, au-dessus de celui-ci une tribune surmontée du clocher équipé de deux cloches.

    A l'entrée de la nef, un bénitier en marbre et sur le mur nord, un beau baptistère certainement récupéré dans l'ancienne église lors de son agrandissement.

    Les vitraux datent de 1890, l'un représente St Pierre es liens, l'autre St Gabriel Perboyre. Les murs sont ornés d'un chemin de croix et de deux tableaux dont l'un représente St Pierre es liens, l'autre Saint Dominique.

    Le chœur est séparé de la nef par une grille basse en fer forgé munie d'un portillon. La chaire au nord est en bois ciré, en face au sud, une belle stalle en noyer ciré est surmontée d'un haut dossier et d'un abat-voix.

    Intérieurement, si cette église est belle dans sa conception, on peut dire qu'elle nécessiterait des travaux d'entretien. Pour Noël, la messe y a été célébrée le 22
    décembre. Nous aimons notre église qui est le témoin du long passé du village et de la foi de ses habitants.

    Guy Girma

  • Feuille paroissiale des 13 et 20 Janvier 2019

    https://www.paroissedecahors.fr/IMG/pdf/01_13_new-3.pdf https://www.paroissedecahors.fr/IMG/pdf/01_13_new-2.pdf
    14 octobre, par SecrétariatFeuille paroissiales
  • Feuille paroissile du 10 et 17 Février 2019

    https://www.paroissedecahors.fr/IMG/pdf/02_10-3.pdf
    14 octobre, par SecrétariatFeuille paroissiales
  • Feuille paroissiale du 13 au 27 octobre 2019

    https://www.paroissedecahors.fr/IMG/pdf/feuille_10_13.pdf
    10 octobre, par SecrétariatFeuille paroissiales
  • Trespoux - St Sixte

    8 octobre, par SecrétariatLes paroisses

    Trespoux - St Sixte

    Bien avant d'arriver à Trespoux et même parfois de très loin, on voit le clocher de son église. Elle se trouve à l'écart de la route principale qui vient de Cahors et du centre actif du village qui s'est déplacé vers la mairie et l'école.

    Cette église est une bâtisse d'allure massive, comme son clocher de base quadrangulaire. Au bas du clocher se trouve le portail d'entrée ouvrant sur un porche intérieur suivi de la nef unique terminée par le chœur où se trouve l'autel. Juste avant le chœur, à droite et à gauche de la nef sont bâties deux petites chapelles. L'intérieur de l'église ne comporte aucune décoration hormis plusieurs statues. Les murs ont été recouverts par un enduit de plâtre qui a été peint. Il porte des traces d'infiltration d'eau de pluie depuis la toiture qui, fort heureusement, a été rénovée récemment par la mairie de Trespoux qui en est le propriétaire.

    L'église de Trespoux est dédiée à St Sixte. Ce nom a été choisi par trois papes des cinq premiers siècles de l'Eglise. Le pontificat de Sixte II fût bref (257-258) ; cela s'explique par la reprise des persécutions des chrétiens par l'empire romain. Toute célébration du culte était interdite sous peine de mort. Le pape et huit diacres qui l'assistaient furent arrêtés lors d'une célébration et exécutés sur place par décapitation sauf un diacre qui était trésorier de l'Eglise et fut traité à part , cruellement, pour qu'il indique où était le trésor de l'Eglise ce qu'il refusa : c'était St Laurent.

    La communauté chrétienne locale qui réunit les pratiquants de Lacapelle , Flottes , Trespoux et le Bournaguet se retrouve fidèlement , avec joie pour célébrer la messe dominicale du 2ième dimanche de chaque mois. Cette célébration a lieu en alternance à Trespoux ou à Lacapelle et aussi, à l'occasion à Flottes et le Bournaguet. Ce choix de l'alternance est fait pour qu'aucune de ces églises ne soit à l'abandon comme ce fut le cas pour l'église de Rassiel. La Mairie de Trespoux a fini par la confier à une association pour ses activités moyennant la prise en charge de travaux de restauration de l'édifice à l'abandon.

    Nous avons aussi quelquefois l'occasion d'accueillir dans ces églises des baptêmes d'enfants et plus rarement des mariages. Enfin plus fréquemment, nous accompagnons des familles en deuil avec les équipes de funérailles de la paroisse de Cahors. Nous rencontrons ces familles et préparons avec elles la célébration des obsèques ainsi que l'accompagnement au cimetière. A ces occasions, nos églises sont souvent trop petites pour accueillir la foule des personnes venues accompagner le défunt et entourer sa famille

    Jean-Claude Françoise

  • St Pierre Lafeuille - St Pierre aux liens

    8 octobre, par SecrétariatLes paroisses

    St Pierre Lafeuille

    L'église se nomme « St Pierre aux liens » en référence à la légende de St Pierre, qui, captif, fut délivré par des anges. Ses chaines sont conservées à Rome et se seraient réunies, sans aucune soudure et sans que la main humaine intervienne.

    La construction de l'église a été faite au XVII siècle pour la 1er partie et au XIXème siècle pour la 2ème.
    L'église a une abside à l'allure d'une grosse tour ronde. L'appareil est fait de pierres taillées au marteau et non équarries à la laie.
    Il n'y a pas de fenêtre axiale mais deux fenêtres latérales à linteau cintré. A l'intérieur la voûte est en « cul de four ». Elle est ornée d'une peinture figurant des remparts qui seraient ceux de Jérusalem. L'arc de triomphe est en plein cintre tassé.
    La nef de 9,60m de long comprend deux travées. Leur particularité est d'être couvertes de coupoles reposant sur des trompes.

    En avant de la nef se trouve un vestibule surmonté d'un clocher carré et de part et d'autre deux réduits dont l'un permet d'accéder au clocher. Sur le côté de l'abside a été construite un petite sacristie dont la réfection fut adjugée à Guillaume Issaly, maçon.
    Une importante réfection des façades et de la toiture a été entreprise en 2002, suivie d'une restauration intérieure ainsi que l'électricité et l'éclairage. Le maire verrier Alain Creunier a créé un vitrail original représentant des feuilles de chêne sur fond bleu. Ce vitrail circulaire de 1,10m de diamètre égaye la façade principale sur laquelle les travaux de restauration ont décelé une ouverture occultée de longue date.

  • Saint Cirice - Ste Jullite – St Cyr

    8 octobre, par SecrétariatLes paroisses

    Saint Cirice - Ste Jullite – St Cyr

    Située à l'écart des routes et des hameaux des Ramonets, la Marchande et Vayrols, elle est pourtant un lieu de rassemblement pour les habitants dispersés. C'est un lieu accueillant où les gens ont plaisir à se retrouver pour se recueillir, mais aussi, devant sa porte, on échange les nouvelles du voisinage, elle est un lieu de rendez-vous pour les randonneurs, les pèlerins, les pétanqueurs.

    Dédiée, à St Cyr et Ste Julitte, martyrs du IV° siècle, elle contient une statue de St Cyr aux côtés de sa maman, Ste Julitte, et lors de la fête patronale, le 3° dimanche de juin, on y célèbre la messe animée par les musiciens locaux. Un autre grand moment de rassemblement du quartier autour de l'église est la messe de rentrée, début septembre, suivie d'un apéritif et beaucoup d'autres y viennent volontiers en apportant leur contribution.
    C'est un moment qui brasse les générations, les anciens et nouveaux habitants, dans une rencontre conviviale où on sent battre le cœur de ce quartier-dortoir.

    Le temps de Noël, aussi, est toujours propice à une escale à l'église où la crèche suscite curiosité, admiration, recueillement : la cabane de la Nativité s'entoure du patrimoine rural des hameaux avoisinants (four à pain, puits, travail pour ferrer les bœufs, pigeonniers, maisons quercynoises) et s'enrichit chaque année. Pour la communauté chrétienne, c'est une manière de trouver Noël aujourd'hui, d'aller vers les autres, d'échanger.
    Avec le cimetière souvent visité qui l'entoure et témoigne du passé, avec les cloches que le carillonneur met en branle pour annoncer les événements de la vie de chacun et les célébrations religieuses destinées à tous, elle est paradoxalement au cœur de la vie d'une communauté dont les habitants sont géographiquement dispersés.

    Lucienne Marty

  • St Barthélémy - Cahors

    8 octobre, par SecrétariatLes paroisses

    St Barthélémy

    Saint Barthélémy à Cahors est une église jamais terminée, toujours vivante, toujours en construction.

    Construite sur une église bien plus ancienne, elle est située en haut de la ville médiévale et orientée vers le nord. Jean XXII fait rebâtir son église baptismale en très mauvais état après son élection en 1320 : de cette époque datent les fresques médiévales redécouvertes en 1970. Elle n'est pas achevée à la mort du pape et n'aura jamais de chœur. Riche, elle sera victime de la guerre de 100 ans (1337-1453) et des guerres de religion, à l'entrée d'Henri de Navarre, qui n'était encore ni catholique ni roi, en 1580 à Cahors, et pillée. Les années passent, et la contre-réforme catholique avec Alain de Solminihac l'orne de tableaux au XVIIème siècle : sur le retable central, on voit St Barthélémy repousser St Etienne son ancien patron (qui part habiter à la Cathédrale), ou St Augustin fouler aux pieds l'hérésie pélagienne. Elle est aussi ornée d'une belle chaire de bois, œuvre d'un artisan cadurcien, et d'un exceptionnel escalier pour accéder à l'orgue et à l'élégant clocher gothique toulousain. On ajoute de nouveaux plafonds aux chapelles, à la fin du XVIIème et XVIIIème siècles ; les vitraux datent de la fin d'un XIXème siècle ; le XXème éliminera les lourdes fioritures et les enduits chargés. En 1960 une jolie coiffe de baptistère en étain et émaux de Limoges est offerte par un paroissien pour le baptistère.

    Après le concile Vatican II (1965) on supprime des autels dans les chapelles, on met à l'écart de beaux reliquaires. Ses transformations ne sont pas terminées. Après trop d'années de fermeture dans la semaine, Saint Barthélémy se rouvre l'après-midi. Les paroissiens portugais viennent d'offrir deux jolies porcelaines apportées pour ND de Fatima, et les Cadurciens une statue de ND de Rocamadour que nous honorons depuis neuf siècles en Quercy. Plus que de pierre, elle se veut église vivante et accueillante. Dans sa sobriété, elle porte la trace de neuf siècles de la vie de l'Eglise, avec ses changements et ses adaptations. Les paroissiens du samedi soir se connaissent depuis longtemps et échangent des nouvelles à l'entrée. Ceux du dimanche sont plus jeunes, ils commencent à préparer l'église de demain.

    Aujourd'hui, St Barthélémy accueille souvent des paroissiens venus des campagnes environnantes. Un melting pot ? Nous voulons que tout le monde s'y sente bien, comme dans sa maison. Alors soyez tous les bienvenus !
    Anne-Marie Bardes

  • Sacré Cœur de Cahors

    8 octobre, par SecrétariatLes paroisses

    Sacré Cœur de Cahors

    L'édifice actuel n'occupe qu'une partie de l'ensemble monastique construit par les Dominicains au XIII° siècle. On voit encore, à demi ensevelies sous le lierre, les ruines de la nef de l'église abbatiale, à l'est de l'église actuelle. Saccagé par les huguenots, des incendies, des inondations, le lieu resta un temps à l'abandon, puis on y installa une verrerie, et c'est seulement en 1851 que le diocèse récupéra les terrains et que l'église actuelle fut bâtie.

    Consacrée en 1854 à la grande satisfaction des habitants de Cabessut dont les terres étaient en grande partie dédiées à des cultures maraîchères, elle devint le siège de la confrérie des jardiniers de Cahors. Le patron des jardiniers est Saint Maurille, évêque d'Angers, dont la belle statue en bois doré voisine, à droite de la nef, avec celle de Notre Dame de Fatima, fleurie et vénérée par les paroissiens d'origine portugaise.

    On y fait des sépultures, des concerts aussi, mais l'essentiel demeure la messe du dimanche la plus matinale de Cahors, à 9 h 30. Notre assemblée offre, certes, une bonne moyenne d'âge, mais elle est faite de croyants fidèles, actifs pour chanter de bon cœur et heureux de prier ensemble. La lumière du matin dans les vitraux, la poésie des bouquets et aussi les proportions de l'église, grandes sans être écrasantes, contribuent au charme paisible et familial des célébrations. Nous aimons cette église des jardiniers d'autrefois où poussent aujourd'hui la sympathie et la fidélité.
    M.T.Baux

Erreur lors du chargement du XML Start tag expected, '<' not found
Pas d'horaire disponible pour cette communauté ... La paroisse n'a pas mis à jour ses horaires sur le service national ÉgliseInfo: ils ne sont pas encore disponibles sur ce site.

Contacts

Curé : Père Ronan Gouvello (de)
30, rue de la Chantrerie - Presbytère - 46000 Cahors

Vicaire paroissial : Père Blaise Ngandoul
30 Rue de la Chantrerie - 46100 Cahors
Tél. 06 37 69 00 37 / 05 65 35 27 80

Vicaire paroissial : Père Marcel Honorat
Maison Perboyre - 222, rue Joachim Murat - 46000 Cahors
Tél. 05 65 35 27 80 / 06 25 18 78 58

Vicaire paroissial : Père Michel Peyrichou
75, avenue Jean Lurçat - Centre paroissial de Terre Rouge - 46000 Cahors
Tél. 05 65 35 57 98 / 06 44 13 25 10
Mél michelpeyrichou@orange.fr

Communes desservies

Arcambal (972h), Cahors (19948h), Flaujac-Poujols (694h), Francoulès (217h), Labastide-Marnhac (1121h), Lamagdelaine (757h), Laroque-des-Arcs (493h), Montat (965h), Trespoux-Rassiels (746h), Valroufié (421h), Saint-Pierre-Lafeuille (352h) Total : 26686

Soutenir par un don